Voilà maintenant une semaine, TNT Belgique, petite nouvelle sur la Télévision Numérique Terrestre locale, a uploadé une vidéo (très) virale afin de présenter ce que sa chaîne prétendait apporter au téléspectateur:

Nous avons tous en mémoire une action commerciale une présentation publique déguisé en événements spontanés, du type flash mob. Des chorégraphies, des chanteurs dans le métro, un comité d’accueil à l’aéroport… Personnellement, les projets qu’il me semble le plus intéressant sont ceux qui font montre d’une compréhension réelle de la place de l’espace dans l’intervention.
En tant qu’artiste, j’ai la chance d’explorer l’univers de l’intervention publique, en utilisant la vidéo, l’interactivité, ce qui m’a permis d’expérimenter les interactions potentielles entre le visiteur d’un espace et la narration à laquelle l’artiste l’invite. Un exemple du succès artistique d’une telle démarche : “frozen grand central” par ImprovEverywhere. Parce que c’est simple, efficace, clair, et invite à la réflexion sur l’espace de façon ludique et créative. J’aime aussi l’attitude commando, intervention est éphémère et non surchargées de contexte superflu. Ce qui arrive à 0:37 et le saint-graal de l’intervention artistique.

Un exemple dirigé, il me semble, dans la direction opposée de cette qualité et simplicité, serait l’intervention “Welcome Back” de T-Mobile à l’aéroport. Au-delà du réel succès publics de l’intervention, il apparaît néanmoins que le registre employé est clairement l’émotion, et la démarche s’apparente plus au spectacle qu’à l’interaction. En résumé, l’expérience semble invasive, très longue et parfois maladroite.
Le pire moment ? L’image @ 2:20 -ci se trouve aussi être celle de la vidéo quand elle se trouve à l’arrêt: des acteurs qui font face à un public qui film, moiti appeuré, moitié sourd. Téléphone portable en main, ils filment la scène, ce qui ajoute au côté artificiel de l’affaire.

Surprendre est la base de ce genre d’intervention. Le concert de phoenix @ Madison Square Garden en est un bon exemple. Au terme du concert, le groupe laisse place au duo mondialement connu qu’est Daft Punks, rendant le public hystérique. Notez le changement d’ambiance @ 4:20. La chanson commence @ 6:20.

Le dernier exemple résulte du mélange du direct et de la vidéo dans un contexte nouveau. Il s’agit de l’expérience holographique lors du concertde Dr Dre & Snoop Dogg lors du festival Coachella, qui selon moi touche aux limites du genre. Grâce aux dispositifs visuels, les chanteurs partagent la scène pour deux titres avec la légende décédée Tupac, mythe vivant aux états-unis. Tout commence à 2:40. Des images très fortes:

Ma conclusion : les interventions publiques du type flash mob ont un bel avenir devant elles, pour peu qu’elles soit capables de connecter contexte et message, et ne se transforme pas en une publicité pesante et obligatoire au sein même de l’espace public. Dans notre cas de figure, TNT l’a très bien compris et signe une intervention qui restera comme un succès populaire. 24 millions de vues en 7 jours… Pal mal, non ?